Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tiens au fait ! Avant que j'oublie...

Une vie de photographe est forcément ponctuée de rencontres, tantôt surréalistes, tantôt folles et d'anecdotes le plus souvent très drôles... Je dévoile quelques-uns de ces moments où c'est parfois moi qui passe les bornes, j'en ai conscience... Mais je l'avoue ça m'amuse follement.

Attention ne vous méprenez pas il ne s'agit nullement là d'un pamphlet contre la bêtise humaine ou d'un manifeste contre le public, les photographes, moi-même ou qui-conque... Juste des tranches de vies que j'ai jugées savoureuses et que je me décide à partager enfin avant des les oublier.

Mes plus belles rencontres, celles qui m'ont donné envie de continuer, je les garde pour moi comme des trésors.

photo : Pascal Bourguignon

Quand j'étais photographe... Volume 1

-------------------

- lui : "Ce que vous faites est très beau mais ça va intéresser qui ?"

-------------------

- lui (ton très snob) : "J'aaaaaaaaaaaaaaaaaaadore ce que vous faites !!! ... "

- moi : "Cool ! Ça tombe bien, je le vends : faites vous plaisir ! ! ! ..."

- lui (ton moins snob) : "Mais on a déjà payé l'entrée de l'expo"

- moi : "Certes mais la billetterie, ça, c'était pas moi ..."

-------------------

- lui (espérant gratter un truc, on sait jamais sur un malentendu): "Bon, y a rien que vous ne vendez pas ?"

- moi : "Non effectivement tout est à vendre"

-------------------

- lui (un autre mais n'en pensant pas moins) : "Vous faites de l'argent avec la nature"

- moi : "Bonjour, oui un peu comme les agriculteurs mais sans mettre de pesticides..."

-------------------

- elle : "A la rédaction on adore ton boulot. Tu peux nous envoyer des livres ?"

-------------------

- lui : "Bon alors votre métier, c'est quoi au juste ?"

-------------------

- lui (curieux) : "Mais vous savez faire des vraies photos ?"

-------------------

- eux (des châtelains près de chez moi) : "Ça vous intéresse d'exposer chez nous ?"

- moi : "Oui ça serait sympa, on pourrait créer un cabinet de curiosités"

- eux (pas fous) : "Gratuitement"

- moi : "Non il me semble que je suis pris à cette date"

-------------------

- lui (l'impressionnable) : "Ah vous faîtes des livres aussi ? Et vous les vendez"

- moi (à moi même) : "Non, non car bien que ça soit le principe je les garde chez moi dans le salon pour en faire des barricades en cas d'émeutes..."

- moi (à lui) : "Oui bien sûr. Celui-ci coûte 39€, c'est un bon prix pour un tel concentré de talent non ?"

-------------------

- lui (élu dans un village voisin) : "Oui c'est pas mal votre idée d'exposition itinérante sur la biodiversité locale... Et vous avez vu notre déchetterie, faudrait faire des photos de notre déchetterie"

-------------------

- eux (Belges trahis par leur accent à un salon parisien) : "Pourquoi alors que les optiques sont rondes les capteurs sont-ils rectangulaires ?"

- moi : "La vache les mecs ça commence fort !"

- eux : "Oui c'est vrai avec un capteur rectangulaire on perd encore plus de surface dans les angles"

- moi : "Oui vous avez raison le plus simple serait soit de faire des capteurs ronds soit des optiques carrées..."

- eux : "Oui c'est assez bien résumé"

- moi : "Le souci avec les optiques carrées c'est que la mécanique tourne plus rond..."

- eux : "C'est pas faux ont avait pas pensé à ça"

- moi : "En même temps on ne peut pas penser à tout..."

-------------------

- lui (intéressé par mes photographies) : "Je peux avoir vos coordonnées ?"

- moi (citant Florent Perus) : "Trop tard je viens de les rouler et de les coller sous la table, mais penchez-vous vous pourrez peut-être les apercevoir"

- lui : "Pardon ?"

- moi (faisant comme si de rien n'était) : "Je vous en prie voici ma carte"

-------------------

- lui : "Et vous avez un site ?"

- moi : "Oui bien sûr ! Et vous ?"

-------------------

- eux : "Excusez-nous, on peut vous acheter une photo ?"

- moi : "Oui mais si vraiment ça vous fait plaisir"

-------------------

- elle (lors d'une expo, ma femme feignant la surprise, à un copain, qui, je ne sais plus comment il en était arrivé là, nous parlait de son intention de photographier son sexe dans un proche avenir) : "Ah ? Toi aussi tu vas faire de la macro..."

- lui : "Ah! La vache ! Je comprends que tu sois mariée avec Stéphane !"

-------------------

- eux : "Vous habitez où"

- moi : "On ne demande pas ça aux gens : c'est sale !"

- eux "? ! ?"

-------------------

- lui (cameraman) : "On peut la refaire, j'étais pas prêt"

- moi : "Non on ne peut la refaire, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué ces petites bêtes font ce qu'elles veulent mais t'inquiètes pas dès que tu seras prêt on en fera une autre, différente"

-------------------

- elle (par mail) : "Bonjour, j'aime beaucoup vos photos vous pourriez me faire un book?"

- moi (par mail) : "Bonjour, merci d'aimer mes photographies maintenant faudrait juste penser à les regarder... A quel moment vous avez vu quelque chose qui pouvait vous laisser penser que je photographiais les jeunes filles ?"

-------------------

- elle (par mail) : "Bonjour, élève en étude de photographie et fan de votre entreprise j'adorais faire un stage pour parfaire ma formation tout en vous aidant à développer votre société"

-------------------

- elle (une voisine curieuse mais adorable) : "Vous avez de la chance que votre dame travaille"

-------------------

- elle (une voisine, toujours elle, à un voisin qui montait sa clôture) : "Quand même il pourrait vous aider : il regarde la TV toute la journée..."

-------------------

- lui (photographe) : "Tu sais Stéphane, c'est normal que tu fasses un peu peur aux marques... Tu es quand même un peu dingue..."

-------------------

- elle (toujours ma voisine) : "Mais qu'est ce que vous faites !?!"

- moi (en tenue de VTT à plat ventre dans l'herbe avec mon boîtier) : "Bah des photos !"

- elle (toujours pas convaincue) : "Ahhhhh..."

-------------------

- moi (un rien provoc et paraphrasant Guy Bedos à des gens qui font la moue en hésitant à entrer dans la salle où j'expose) : "Entrez, entrez... Vous ne craignez rien... Le talent n'est pas contagieux."

-------------------

- lui (mon comptable) : "J'ai calculé vous pourriez travailler le double"

- moi : "Moi aussi j'ai calculé : tu pourrais me coûter 2 fois moins cher..."

-------------------

- eux : "Vous pourriez venir faire des photos chez nous, à la maison ?"

- moi (feignant de sentir le plan à trois) : "Heu oui mais non chuis marié"

-------------------

- moi (aux organisateurs d'un très jeune festival) : "il y a vraiment très peu de visiteurs vous avez un plan média ?"

- eux : "Un quoi ? ! ?"

- moi : "Non rien c'est normal..."

-------------------

- lui (entreprenant) : "Ça vous intéresse d'être notre invité d'honneur ?"

- moi (qui ne dis jamais oui tout de suite depuis qu'une fois j'ai dit oui au bout de 4 ans et que je me suis retrouvé à Saint-Pourçain-sur-Sioule ...) : "Heu ça dépend invité d'honneur de quoi"

- lui : "Bon c'est pas encore sûr hein, mais on va faire un grand truc..."

-------------------

- eux (photographe ne connaissant pas la valeur de leurs images) : "Et pour faire ça vous prendriez combien ?"

- moi : "Pour faire ça ? Dix minutes... enfin à peu prêt"

-------------------

- lui : "Bon OK mais comme métier vous faîtes quoi"

- lui : "Non mais comme métier ?"

- lui : "Non... mais... comme métier ?"

-------------------

- eux : "Mais et vos photos ratées vous en faites quoi ?"

- moi : "Perso je les jette, d'autres en font des expos voire des livres. On donc noter qu'il n'existe pas de règle stricte dans ce domaine"

-------------------

- lui (un ami d'enfance patron d'une PME) : "Quand même un jour faudra grandir et faire des trucs que t'aimes pas et dont tu n'as pas envie"

-------------------

- eux (par mail) : "Bonjour, on a un blog sur la nature mais pas trop de moyens vous pouvez nous poster un livre pour qu’on en parle ?”

-------------------

- lui (électricien curieux se sentant obligé d'entamer la conversation) : "Bon vous faîtes quoi dans la vie à part flinguer les va-et-vient ?"

- moi : "Je suis artiste auteur"

- lui (déçu se demandant sans doute d'un coup s'il allait être payé) "Ahhhhh ! Vous êtes chômeur..."

-------------------

- lui (sans doute un peu maladroit pour le coup) : "la Ville vous souhaite une bonne année 2012...

PS : Sériez-vous d'accord pour nous céder à vie les droits d'exposition d'une de vos images exposée lors de notre festival photo ?"

-------------------

- elle (toujours incrédule après moult explications) : "Mais comment vous faîtes pour pas qu'ils bougent ! ? !"

- moi (l'air complice tout lui mettant la main sur l'épaule et lui parlant à voix basse) : "A vous je peux bien le dire ma p'tite dame : je les sodomise tout simplement, généralement ça les calme"

-------------------

- elle (surprise) : "Ah et il y a des gens qui vous payent pour faire ça?"

-------------------

- lui (clairvoyant) : "Ho vous, vous aimez les fleurs, la nature et les papillons..."

-------------------

- lui (le têtu à un salon parisien) : "Vous savez l'appareil que vous avez testé et sur lequel vous avez émis des réserves"

- moi (attentif) : "Oui ?..."

- lui : "Et bien je l'ai acheté quand même !"

- moi (attendant la suite) : "Et ..."

- lui : "Et vous aviez raison j'ai été emmerdé avec !"

-------------------

- elle (une copine photographe très douée mais encore un peu fragile face au public) : "Tu te rends compte ce mec du club photo raconte à tout le monde que je mens et que j'utilise du papier cristal pour bidonner mes photos et trafiquer l'éclairage"

- Moi : "On s'en fout de ce mec, personne sait qui c'est, crois-moi s'il avait encore une vie sexuelle il trouverait autre chose à faire qu'à bourrer le mou des 4 endives qui le suivent partout..."

- elle : "Chut il est encore là"

- moi : "Bah, si ça c'est pas la preuve qu'il a rien à foutre ! !..."

-------------------

- eux (en Suisse) : "Vous aimez exposer en Suisse ?"

- moi : "Oui ! Les Suisses sont très sympas : c'est des Belges mais avec de l'argent"

-------------------

- elle (après 1 heure passée dans mon expo) : "Vous intellectualisez la nature"

- moi : "Ça m'étonnerait, je fais juste de la photographie et tout le monde sait que c'est à la portée du premier crétin venu... "

- elle : "Je n'aime pas du tout"

- moi : "Comme je vous comprends, ce qu'en revanche je comprends moins c'est que vous soyez restée si longtemps dans mon expo juste pour me dire ça alors qu'il y a tant d'autres choses à regarder que celles que l'on aime pas ..."

-------------------

- lui (équipé comme un pro pour visiter une expo) : "Je peux prendre une photo ?"

- moi : "Non je préfère pas"

- lui : "Ah bon pourquoi ?"

- moi : "Parce que ce si vous prenez une photo je l'ai plus et elle manque dans l'expo"

- lui : "Heu non je veux dire je peux prendre une photo de votre photo"

- moi : "Une photo de ma photo, c'est ma photo non ?"

- lui : "Bah... Heu... oui un peu"

- moi : "Non pas un peu, beaucoup. Alors non pas de photo de ma photo. En revanche vous pouvez prendre une photo de toutes les photos"

- lui : "Oui mais là du coup vous allez être dessus aussi..."

- moi : "Oui c'est qui vous avez raison pas de photo, c'est mieux"

-------------------

- elle (à une amie photographe) : "Poussez-vous !"

- elle (mon amie photographe) : "Bon d'abord bonjour ! Et pourquoi voulez-vous que je me pousse ?"

- elle (sûre d'elle) : "Bah pour que je prenne vos photos en photo pardi, vous êtes juste devant, vous rendez pas compte que vous gênez !"

-------------------

- lui (matérialiste dans l'âme) : "Bon et en dehors de votre travail vous faites quoi pour vivre ?"

-------------------

- lui (lors d'un expo, à elle qui me l'a répété ensuite) : "Bon bah, c'est bien tout ça. Tu lui dis de m'appeler pour qu'il vienne accrocher tout ça au restaurant. Hein ?"

-------------------

- moi (lors d'un vernissage) : "Bonsoir, si jamais vous avez des questions n'hésitez pas"

- eux (me regardant des pieds à la tête sans me calculer) : "..."

- eux (plus tard dans la soirée après avoir calculé) : "Alors comme çaaaaaa c'est vous l'aaaaartiste ?"

- moi : "Ah, ça y est, vous me voyez maintenant ? ! ?"

-------------------

- lui (un photographe à l'auteur lors d'une expo) : "Hum, indépendamment l'une de l'autre vos photos sont nulles, mais ensemble, c'est cohérent. Toutefois l'idée est bonne, je vais vous la reprendre. En mieux bien sûr !"

-------------------

- lui (éditeur autoritaire) : "Salut, faudra passer sur mon stand"

- moi (quelques heures plus tard au cas où, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve ...) : "Voilà je suis là"

- lui : "Alors vous en pensez quoi de ce photographe ? On va lui faire un livre. Sympas ses vues aériennes abstraites ? Hein ? Ça vous plaît ? C'est beau hein ? Et vous voyez comment ce cours d'eau disparait ?..."

- moi (à moi-même) : "Oui complètement disparu le cours d'eau, tout comme l'idée folle que j'ai eu que ça soit mon travail qui t'intéresse..."

-------------------

- elle (sur ses grands chevaux du coup son chien paraissait plus petit encore) : "Vous trouvez ça normal vous ... qu'on interdise les animaux à des expositions animalières ? ! ?"

- moi : "Ho vous savez moi les animaux... c'est pas mon truc"

-------------------

- moi (par mail) : "Merci de ne pas utiliser mes photographies sans mon accord"

- eux : "Oui, c'est vrai, mais on pensait que vous ne le verriez pas"

-------------------

- elle (voulant m'aider) : "C'est super ! Ça vous dirait d'exposer à la Caisse d’Épargne ?"

- moi : "Au siège social à Paris ?"

- elle : "Bah non : à l'agence !"

-------------------

- eux (encourageant) : "C'est bien ce qu vous faîtes vous devriez vous lancer"

- moi : "Oui ! Mais où ?"

-------------------

- lui (sur mon site) : "Superbes photographies mais c'est dommage qu'on peut pas les copier"

-------------------

- lui (banquier, enfin c'est ce qu'il dit) : "J'ai eu une idée en voyant vos photos"

- moi : "Heu oui?..."

- lui : "Et si on les exposait dans les halls de tous les hôtels de la côte... Je connais du monde sur la côte. Sûr qu'on en vendrait"

-------------------

- moi (un peu con dans un salon à capitale) : "Bonjour je peux vous montrer mon book ?"

- lui : "Non, faut prendre rendez-vous et venir à Paris"

- moi (toujours un peu con) : "Oui mais là je suis là, vous n'avez personne qui attend et vous ne faites, rien je vais quand même pas revenir exprès à Paris"

- lui : "Non, non faut prendre rendez-vous et venir à Paris"

-------------------

- Elle (dans un salon à capitale à une dame qui venait de lâcher la main de son enfant et le rappelait) : "Chéri attends moi !"

- moi (un peu con pour changer) : "Je vous en prie on se connaît à peine et puis je marié moi madame"

-------------------

- moi (un peu con dans un salon à capitale à un type accroupi qui mangeait un sandwich) : "Vous savez, normalement, vous pouvez pas faire caca ici..."

-------------------

- lui (perfectionniste sur le livre d'or) : "C'est agréable à regarder mais après ? A mes yeux c'est pas parfait ... De toutes façons rien n'est parfait, non ?"

-------------------

- elle (à lui tout bas mais pas assez) : "J'le crois pas comme y's'la pète avec ses 4 pov' photos !"

-------------------

- lui (branché technique regardant une mes images) : "De toutes façons avec le matériel d'aujourd'hui IM PO SSI BLE de rater une photo"

- moi : "Oui, c'est vrai, et portant tous les jours des milliers de gens à travers le monde s'appliquent à nous faire croire le contraire"

-------------------

- lui (celui qui connaît Ménigoute) : "Et Ménigoute ? Vous connaissez Ménigoute ? Faut aller à Ménigoute"

-------------------

- lui : "Ah bon vous louez vos expos... Bah vous vous emmerdez pas vous !"

-------------------

- lui (surpris) : "Ah bon si on veut une expo il faut venir la chercher ?"

- moi (bon je le reconnais, un peu espiègle parfois) : "Oui j'ai une toute petite voiture. Moi mon métier consiste à prendre des photos pas à les transporter ; pour cela il y a les transporteurs qui eux, c'est vrai, prennent parfois des photos d'où la confusion..."

-------------------

- lui (un copain essayant de me présenter un collègue photographe) : "Tu sais Stéphane mais enfin il exposait pas loin de toi à Montier. Un superbe travail en sépia sur la faune africaine"

- moi (pour rire, sans regarder le susnommé collègue, et ne sachant que l'autre allait partir immédiatement à la fin de ma réflexion et que du coup je ne pourrais pas désamorcer ma vanne) : "Tu sais moi Montier j'y vais pour le business, les autres photographes j'en ai rien à foutre"

- lui (mon copain effrayé voyant l'individu remonter la rue à la vitesse d'un pet sur une toile cirée) : "Mais tu es cinglé on le reverra jamais !! C'est sûr il ne reviendra pas pour le vernissage. Quand même, des fois tu es un peu dingue !"

- moi (tout en finesse pour justifier son départ) : "Mais non il est pas vexé... ça se trouve il a juste une gastro..."

-------------------

- elle (une copine fleuriste) : "J'aime pas les papillons, ils ont des pattes : ça fait peur !"

- moi : "Et les pâtes papillons tu aimes ?"

-------------------

- elle (lors d'un vernissage) : "J'aime pas les chenilles : c'est tout plein de poils ; par contre j'adore les papillons, rien à voir..."

-------------------

- lui (à sa mère toute rouge) : "Maman ils font quoi là les papillons ?"

- elle : "Heuummm, heuum "

- moi : "Oui c'est presque ça mais un peu plus fort"

-------------------

- elle (qui vendait mes livres) : "Tu comprends tes livres fallait venir les rechercher avant que je renverse de l'eau dessus..."

- moi : "Il aurait fallu que je sache à quel moment tu allais décider de renverser de l'eau dessus et à partir de là je serais passé la veille..."

- elle : "Bon enfin grâce au cellophane ils n'ont presque rien"

- moi : "Sûr ! Ils n'ont surtout presque plus rien du livre neuf..."

-------------------

- lui (à sa mère) : "La nature c'est dégueulasse quand même"

- elle (toute rouge) : "On dit pas ça !"

- moi (faisant mine de compatir) : "Laissez il est mal élevé, il est mal élevé. Ça n'est pas bien grave"

-------------------

- elle (regardant une photo de couple de papillon en train de se reproduire : "C'est joli... Ils sont morts ?"

- moi : "Vous êtes très jolie, mais suffisamment pour faire bander un mort ?"

- elle (visiblement surprise par ma réponse) : "Maiiiiiiiiis ? ..."

- moi : "Ils se reproduisent donc ils sont vivants... et comme disait le poète Aimons-nouuuuuuuuuuuuuuuus viiiiiiiiiiiiiiivaaaaaaaaaaants !"

-------------------

- lui (pas gêné par mail) : "Ça serait possible de me prêter votre matériel j'en aurais besoin pour un reportage"

-------------------

- elle (lors d'une démonstration) : "Mais on voit rien dans vos appareils photos ? ! ?"

- moi : "Oui jusque là rien d'anormal madame, là, vous avez l'œil collé au dos d'un flash ..."

-------------------

- elle (envieuse) : "Quand même vous en avez un beau métier, vous avez de la chance"

-------------------

- lui (lors d'un vernissage) : "Heu et vous en vivez ?"

-------------------

- lui (lors d'un vernissage) : "La nature c'est bien : c'est à la mode..."

-------------------

- elle (lyrique sur le livre d'or extrait) :"Magique vraiment... quel régal pour les yeux et l'imagination... quel dommage que les photos ne soient pas plus expliquées dans le contexte de prise de vue de l'isotope du lieu de la prise photographique"

- moi (en la lisant) : "Oui c'est vrai c'est dommage d'écrire ça. Y a trop de mots non ?..."

-------------------

- lui (de bons conseils) : "Et vous avez déjà songé à exposer ?"

-------------------

- lui (de bons conseils) : "Et vous avez déjà songé à publier ?"

-------------------

- lui : "Moi aussi si je voulais je pourrais en vivre"

-------------------

- elle : "Et vous faites des photos de chiens ?"

- moi : "Non"

- elle : "Et bien c'est fort dommage !"

-------------------

- lui (en douce mais un peu pute quand même) : "Moi si j'avais pas fait d'études j'aurais bien aimé être photographe..."

-------------------

- lui : "Vous voulez regarder mes photos ?"

- moi : "Que si je suis obligé"

-------------------

- lui (celui qui connaît Ménigoute repasse) : "Et Ménigoute ? Vous connaissez Ménigoute ? Faut aller à Ménigoute"

-------------------

- lui (président de communauté de communes, rencontré sur un trottoir) : "Bon, on a fait une salle d'exposition pour toucher les subventions mais elle en fait servira de salle des fêtes ... Mais tu comprends pour l'inauguration on aurait besoin d'une expo"

- moi (le dos tendu, on ne sait jamais ce qui peut arriver) : "Oui et tu as un budget pour ça ?"

- lui (gentil mais vivant dans un monde où on paye les autres que quand ils font un boulot vraiment utile à la société) : "Non ! Tu nous ferrais pas payer nous quand même"

- moi : "Ah bon et pourquoi pas ? Je dois quelque chose à la communauté"

- lui (s'accrochant à sa bonne idée) : "Mais tu comprends tu n'as qu'à aller chercher les grilles dans le village d'à côté, les installer et mettre tes trucs et hop c'est fait"

- moi : "Bah non et hop c'est pas fait. Déjà quand j'expose, c'est sans doute un peu snob de ma part mais c'est pas moi qui installe les grilles, je précise que je nettoie ni avant ni après non plus"

- lui : "Bah t'es pas facile comme client"

- moi : "Le client c'est toi faudrait pas l'oublier. Mais on va faire dans le bref : pas de sous pas de travail"

- lui (un poil renfrogné sur le coup, merde sa bonne idée fout le camp, mais je l'aime bien quand même) : "bah ça chuis pas prêt de l'oublier".

- moi : "Et bien ça aura au moins servi à ça !"

-------------------

- eux (vendeurs, fabricants et prescripteurs de pesticides et de semences) : "Oui mais nous on les vend chers pour qu'ils n'en mettent pas trop des produits phytosanitaires et puis on aurait besoin de photos on peut vous faire travailler... Bien sûr qu'on est pour les OGM. De toutes façons, chez vous, la terre est tellement pourrie maintenant que sans engrais y a rien qui pousserait"

- moi (qui n'aie plus 20 ans...) : "Non, bah, je crois que pour les photos ça va pas être possible"

-------------------

- elle (étonné tout comme moi d'ailleurs quand j'y réfléchie bien) : "Mais en tant que pro vous payez votre matériel ! ? !"

-------------------

- lui (décidé) : "Moi si on me paye : je le fais"

-------------------

- lui (un copain au salon de la photo regardant le MacBook d'un visiteur) : "Mais il n'y a que des photos de chèvre vues du haut ?"

- moi : "Ah non, il y a aussi des photos de chats vus de haut..."

-------------------

- lui (dans une expo me montrant son matériel photo) : "Vous vous y connaissez en photo ?"

- moi (pas peu fier qu'il me pose la question) : "Oui un peu"

- lui (me montrant encore son matériel photo) : "Bon, à votre avis, avec ça on peut faire de bonnes photos ?"

- moi : "Bah ça ça va essentiellement déprendre de la personne à qui vous allez le confier..."

-------------------

- eux (désignant ma voiture alors que je la chargeais après une expo) : "Et bien : ça paye !"

- moi : "Ah ? Vous ne le saviez pas et bien depuis peu les banques font crédits..."

-------------------

- lui (un peu sec, parlant des papillons) : "Pourquoi ils ne bougent pas ?"

- moi (un peu naïf) : "Bah c'est normal ce sont des photographies, les images sont par essence arrêtées. La photographie fige l'action, et bien que les papillons bougent durant la prise de vue sur la photo ils ne bougent pas. S'ils bougent c'est un film"

- lui (très énervé) : "Merci je sais ce qu'est un film ne me prenez pas pour un imbécile !"

- moi (même pas énervé) : "Je ne vous prends pour rien du tout, je vous réponds mais bien que n'étant pas diététicien je constate que vous souffrez d'un manque évidement de fibres dans votre alimentation..."

-------------------

- lui (l'air franchement intéressé) : "Ah moi je ferais bien de la photo... mais chais pas"

-------------------

- lui (chanteur à ses heures) : "Bon alors ça fait quoi de bosser pour un mec connu ?"

- moi : "Bon on peut se parler franchement ? Dans cette pièce y a qu'un mec connu et c'est moi alors va falloir te détendre et descendre d'un étage si tu veux qu'on travaille ensemble"

-------------------

- lui (photographe à ses heures me montrant une des ses images) : "Franchement celle-ci tu en penses quoi ?"

- moi (dans une élan de franchise imposée) : "Bah la mise au point n'est pas au bon endroit, c'est pas cadré et puis c'est un poil brûlé dans ce coin et bouché dans l'autre..."

- lui : "OK, mais qu'est-ce que tu en penses ?"

-------------------

- lui (iconographe inspiré) : "C'est vachement bien faudrait nous envoyer un truc"

- moi (immédiatement gonflé) : "Oui et ça t'arrive d'ouvrir tes mails ? Je t'ai envoyé un dossier le mois dernier et tu m'as pas encore répondu..."

-------------------

- lui : "J'y aurais pensé, je l'aurais peut-être fait"

-------------------

- lui : "Oui mais pour vous c'est facile vous connaissez du monde"

-------------------

- elle : (iconographe d'un très grand quotidien) : "Super j'adore, sincèrement du très beau boulot, vraiment, félicitations"

- moi (content) : "Alors vous allez le publier ?"

- elle : "Non pas pour l'instant, pourquoi ? Mais tu repasses quand tu veux la rédaction t'es ouverte..."

-------------------

- lui (celui qui connaît Ménigoute repasse... il connaît aussi La Gacilly) : "Et La Gacilly ? Vous connaissez La Gacilly? Faut aller à La Gacilly"

-------------------

- eux : "On aimerait bien vous faire travailler"

- moi : "Qu'est-ce qui vous en empêche ?"

- eux : "Il faut répondre à l'appel d'offre et ensuite on fait notre choix parmi les photographes"

- moi : "Oui mais je comprends pas vous venez de me dire que vous aimeriez me faire travailler et vous le dîtes à d'autres aussi ?"

eux : "C'est pas si simple..."

moi : "Oui, je vois ça..."

-------------------

- moi (naïf) : "Bon je te fais 4 tirages sur un joli papier et toi en fin de réunion tu dis aux japonais : "Tiens y a un p'tit français qui fait ça avec votre matériel""

- lui : "C'est pas si simple..."

moi : "Oui, je vois ça..."

-------------------

- lui : "Vous avez déjà fait de la photo aérienne ?"

- moi : "Oui ça m'est arrivé"

- lui : "Du coup vous avez volé"

-------------------

- lui (iconographe d'un très grand quotidien, tournant enfin les pages de mes books après 2h30 d'attente dans un couloir) : "Oui, oui c'est très bien tout ça. Et tu connais untel ?"

- moi : "Untel ? Oui c'est un pote, j'aime bien son boulot"

- lui (tournant encore les pages de mes books) : "Et untel tu les connais ?"

- moi : "Oui, difficile de pas les connaître tout le monde les connaît... et c'est mérité"

- lui (changeant de book) : "Oui c'est vrai ce que tu dis et machin tu le connais machin ?"

- moi : "Oui je connais machin assez bien et depuis suffisamment longtemps pour pouvoir dire que je ne l'aime pas... Mais bon je ne détiens pas la vérité..."

- lui (s'arrêtant tournant encore les pages de mes books) : "C'est un dingue ce type hein non ? On le croise partout il est moitié fou... Super envahissant comme mec : aucune limite !"

- moi "Oui, comme je ne l'ai dit je ne l'aime pas"

- lui (posant mon livre sur une centaine d'autres à côté d'autres piles de livres) : "Ton livre tu me le laisses ?"

- moi : "Oui, si tu aimes bien, je te le laisse"

- lui (me parlant de l'icono d'un autre mag) : "Et lui tu le connais ?"

- moi : "Ah lui, oui, on est copain... en plus il m'a fait travailler."

- lui : "C'est un pote, je l'adore tu sais que c'est un très bon lui. On a bossé ensemble..."

- moi (me disant voilà encore une journée de cramée) : "Oui, lui, c'est un bon..."

- lui (qui connaît visiblement beaucoup de noms et qui veut visiblement savoir si moi aussi) : "Et lui tu le connais ? C'est bien ce qu'il fait non ?"

- moi : "Oui lui aussi je le connais, il est sympa..."

- lui (me rendant mes books) : "Bon j'aime bien, on fera peut-être un truc... un jour.. l'été"

- moi : "Oui, c'est mieux l'été... "

-------------------

- lui (faux-cul en fin de vernissage) : "Stéphane, tu passes par Saint-Dizier pour rentrer ?"

- moi : "C'est carrément pas ma route. Pourquoi ?"

- lui : "Faudrait me déposer, j'ai pas de voiture... Tu sais tout ce que j'ai fait pour toi hein ? Tu sais ça ?"

- moi : "Oui et c'est parce que je sais ça : "tout" ce que tu as fait pour moi que je ne ferais pas le moindre crochet pour te rendre service..."

-------------------

- moi (sur la route en direction de Châlons-en-Champagne au téléphone avec le service com de cette belle ville) : "Bonjour, je suis photographe illustrateur, je voudrais savoir si on peut convenir d'un rendez-vous pour que je vous montre mon travail"

- elle (secrétaire au bras long) : "Non, ça n'est pas la peine"

- moi (naïf) : "Pourquoi, vous connaissez déjà mon travail ?"

- elle : "Non, mais ça nous intéresse pas"

-------------------

- lui (une âme de technicien) : "Bon c'est quoi la différence entre un 500 f4 et un 300 f2.8"

- moi (rapide en calcul mental) : "200 mm et 1.2 d'ouverture"

-------------------

- lui (diffuseur) : "Votre livre est superbe bravo !! Si, si sincèrement"

- moi (heureux) : "Alors vous allez le diffuser"

- lui : "Non trop pointu, trop segmentant, y pas de public pour un truc comme ça..."

-------------------

- elle (diffuseur chinois) : "Votre livre est superbe bravo !! Si, si sincèrement"

- moi (heureux) : "Oui, merci, vous me contacter pourquoi ?"

- elle : "Il m'intéresse si vous le refaites en parlant technique photo et espèces"

- moi : "Oui mais c'est pas le même livre alors !"

- elle : "Oui c'est ça, c'est un autre livre qui m'intéresse"

-------------------

- elle (par téléphone) :"Bonjour il nous faudrait un devis"

- moi : "Oui pour quelle prestation ?"

- elle : "La même que les autres"

- moi : "Je ne fais pas le même travail que les autres, dîtes que je suis 10% moins cher et votre fournisseur habituel vous fera un tarif et ça m'épargne la peine de faire un devis pour rien"

-------------------

- moi (par téléphone) : "Bonjour la Ville vient de m'informer que c'est vous qui allez tirer mon expo alors comme on a jamais bossé ensemble je vous appelle pour savoir de quoi vous avez besoin"

- lui (tireur qui se la pète un peu) : "Attention il nous faut de la def et dans le bon profil..."

- moi : "Oui bah ça tombe plutôt bien je vous appelle un peu pour ça... Abobe 98, 150 dpi mini ça vous va c'est pour du 100 par 150 ? Je vous passe tout par wetransfer ?"

- lui (un peu plus tard, tireur qui se la pète un peu moins) : "Bah on a tout reçu on est en train de tracer c'est superbe !

- moi : "Et bien vous voyez, fallait pas vous inquiéter..."

-------------------

- moi (par téléphone un peu inquiet) : "Bonjour je viens de recevoir les épreuves : c'est moche et on voit vachement la trame du traceur"

- elle (pas inquiète pour deux sous) : "Oui mais en grand on la voit moins. De loin ça rend bien. On l'a déjà fait"

- moi : "OK si ça vous convient mais faudra pas dire que ça vient de mes fichiers"

- elle (essayant d'être rassurante) : "Non pas de souci nous on sait que vos photos sont belles"

-------------------

- lui (responsable com) : "Bon, sur notre photo faut mettre des fleurs aux balconnières, un ciel bleu et des feuilles aux arbres et effacer les sacs poubelles.

- moi (toujours serviable) : "OK pour les poubelles mais pour le reste c'est peut-être plus simple de refaire une photo en été non ?"

-------------------

- elle (iconographe) : "Bonjour on voudrait faire des cartes postales avec vos images"

- moi : "Oui pourquoi pas ?"

- elle : "On vous propose tant par carte"

- moi : "A ce prix là achetez en microstock"

- elle : "Oui mais dans vos photos il se passe un truc, elles sont plus belles"

- moi : "Oui et c'est pour ça que vous allez les payer plus chères ou ne pas les utiliser..."

-------------------

- lui (par mail) : "Bonjour votre travail est admirable vous devriez faire un site"

- moi : "Mais vous l'avez vu où mon travail admirable ?"

- lui : "Sur votre site bien sûr"

- moi : "Bah vous voyez je n'ai pas besoin d'un autre site puisque j'en ai déjà un"

- lui : "Et bien restez dans votre médiocrité ! Faudra pas vous étonner quand vous ferez faillite parce que personne n'aura jamais vu votre travail qui au passage soit dit en passant est bien nul ! ! !"

- moi : "Merci pour vos chaleureux messages d'encouragements"

-------------------

- lui : (télépathe) : Ca vous dirait pas de venir exposer au tout nouveau Festival International de Photographie Européenne de Paysage et de Nature de Trifouillis-les-Oies-sur-Ogives près d'Anvertone-sur-Mevigère ?"

- moi : "Non ça me dit pas du tout effectivement. Mais ça ! Ça m'épate comment vous le savez ! ? !"

-------------------

- lui (par téléphone) : "Monsieur Frog"

- moi : "Non"

- lui : "Je suppose que vous n'êtes pas non plus propriétaire ?"

-------------------

- lui (à une expo) : "Et ça fait longtemps que vous faites ça ?"

- moi (cherchant dans ma mémoire plus très vive) : "Depuis 2005/2006... environ 8 ans quoi."

- lui (genre : ah mon pov' gars tu n'as pas de vie) : "Ha oui quand même !"

-------------------

- eux (visite de l'exposition les colocataires) : "Mais pourquoi ils bougent pas ?"

-------------------

- lui (le dubitatif) : "Ah ! Et vous en vendez ?..."

-------------------

- lui (en montagne qui me met le doute alors que je traîne tout mon barda pour monter un studio en nature) : "Mais pourquoiiiii vous faîtes ça ? ! ?"

-------------------

- lui (directeur régional de la DRAC égaré lors d'un vernissage à Langres) : "C'est très intéressant comme démarche. Nous sommes dans le happening, la photo nature devient contemporaine... Vous devriez nous envoyer un dossier, c'est très intéressant vraiment"

- moi : "Oui alors dîtes moi à qui parce que la dernière fois que j'ai envoyé un dossier chez vous il a été retoqué et comme j'ai autre chose à faire que de remplir inutilement de la paperasse qui vient grossir des stats j'aimerai être sûr d'avoir le bon interlocuteur cette fois"

-------------------

- elle (par mail) : "J'ai un château dans le Gers et je vous propose de venir exposer dans notre grand hall d'accueil cela vous aidera à vous faire connaître"

- moi : "Bonjour, je ne rien contre l'idée de me faire connaître dans le Gers mais si cela pouvait être autrement qu'en passant pour le couillon qui a décoré gracieusement votre intérieur cela m'arrangerait..."

-------------------

- elle (franchement charmante lors d’un vernissage) : "Je vous ai déjà vu, je suis certaine que je vous ai déjà vu"

- moi : "Oui peut-être, enfin je ne suis pas très connu. Dans un mag ?"

- elle (toujours aussi charmante secouant la tête sûre d'elle ) : "Si, si je vous ai déjà vu ..."

nous réfléchissons chacun de notre côté puis je lâche : "Je ne sais pas vous fréquentez le club 69 ? Ou peut-être lors d’une soirée zoophile..."

-------------------

- eux (groupe autonome convaincu d'avoir raison) : "Quelles superbes aquarelles ! ! !"

- Cathy (pédagogue après tout c'est son métier) : "Non se sont des photographies imprimées sur du papier Canson Fine Art"

- eux : "Du Canson quoi ? Bah on voit bien que ce sont des aquarelles... Des photos pis quoi encore ?"

-------------------

- lui (curieux) : "Et pour faire cette image vous avez mis combien de temps ?"

- moi (lui désignant une photo sur le mur) : "44 ans et 1/250eme de seconde"

-------------------

- lui (photographe) : "Je pourrais faire pareil mais j'ai pas envie"

- moi : "C'est effectivement une bonne raison pour ne pas le faire"

-------------------

- lui (photographe à ses heures) : "Je fais exactement comme vous mais pas pareil"

-------------------

- lui (photographe chargé de couvrir un de mes vernissages) : "Ha bravo toutes mes félicitations car sur le coup quand on m’a dit à la rédaction : “c’est toi qui va faire les photos officielles pour l’exposition des papillons.” je me suis dit que ça allait être encore un truc bien tarte... mais merci c’est super"

-------------------

- lui : "Alors ça vous fait quoi d'être connu ?"

- moi : "J'en sais rien, demandez à quelqu'un de connu"

-------------------

- lui : "Et de la photo en 3D ? Vous en faîtes pas de la photo en 3D?"

-------------------

- lui (sans doute excité par l'idée d'aller à Namur) : Et Namur vous connaissez Namur ? Faut absolument aller à Namur ! C'est convivial Namur !

-------------------

- lui (accompagnée d’elle, tendue comme une peau de tambour prête à rompre) : "Géééééééééniale ! Quelle idée gééééééniale. J’achète ! Je vais faire un film sur vous, je suis ancien grand reporter sur fr3. Je me lance en indépendant"

- moi : "C’est marrant vous êtes tout petit pour un grand reporter, même ancien et puis vous lancez pas trop fort quand même vous n'avez pas l'air bien costaud"

-------------------

- lui (ami dépité) : "Pourquoi tu as fait le con toute la soirée ? On devait parler boulot"

- moi : "Bah t'inquiètes si un jour on doit parler boulot y aura pas besoin d'organiser un repas pour ça..."

-------------------

- moi (à un ami qui se marre comme un bossu alors que je sais pas encore pourquoi): "Quand même cette idée de logo géant en pyrogravure, c'est quand même bien une idée de merde non ? ! ?"

- elle (que je ne connais pas encore mais qui est très énervée parce qu'elle vient d'entendre) : "Et bien si vous avez une meilleure idée que ça je vous écoute ! Si vous croyez que c'est simple de trouver des idées de cadeaux pour les commerçants"

- moi : "Je sais pas ça devrait pas être long si on cherche un peu... hein ?"

-------------------

- lui (influant) : "Ça peut changer votre vie"

-------------------

- lui (qui tient une galerie et qui ne m'a jamais proposé d'exposer, surpris) : "On te voit jamais à nos vernissages ?"

- moi (franc) : "Tu sais je suis, un peu, photographe alors tous ces mails pour me dire que tu n'exposes que les autres, faudrait que tu arrêtes ça m'énerve en fait"

-------------------

- lui (élu au conseil général au vernissage d'un copain) : "Bravo, je me félicite de voir une telle exposition"

- moi (en riant) : "Bah ne vous félicitez pas trop vite car pour le coup vous n’y êtes franchement pas pour grand chose dans la réussite de cette exposition non ?"

-------------------

- lui (toujours élu au conseil général alors que je lui sers la main à la fin du vernissage) : "Mais pourquoi il me dit au-revoir madame ? ! C'est pour m'énerver qu'il fait ça ? ! ?"

-------------------

- lui (à mi-voix, genre je connais du monde dans le milieu) : "Tu sais : j'ai le bras long"

- moi : "Ah ? Et c'est pratique pour faire tes lacets ?"

-------------------

- lui (iconographe) : "Pourquoi tu ne participes jamais à notre concours ?"

- moi (honnête) : "Parce que si tu veux publier mes images je n'ai rien contre le principe d'un portfolio et encore moins contre l'idée que tu me payes pour ça"

-------------------

- lui (après avoir vu 85 photographies 60x80 5 calicots de 2m par 3 et une fresque de 2mx5 : "Avec mon fils on a tout bien regardé : on aime pas du tout !" ... il me tend une carte de visite sur laquelle un couple d'azurés flous se reproduit tout de même, et reprend : "Tenez faudra aller voir ce qu'on fait !"

- moi : "Merci pour tout"

-------------------

- lui : "Bon OK, les photos sont belles, mais après ?"

-------------------

- eux : "Nous au club on fait pareil mais avec autre chose"

-------------------

- eux (encore eux) : "Bah c'est un professionnel : il a pas de mérite"

-------------------

- lui (sur mon site) : "Continuez, j'aime beaucoup !"

-------------------

- lui (sur mon blog) : "Les photographies sont remarquables mais je n’apprécie pas du tout le photographe"

-------------------

- eux (à un vernissage) : "Ahhhhhhhh alors comment çaaaaaaaaaa c'est vous l'aaaaaaaaaartiste"

- moi : "Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !"

-------------------

- elle : "Et alors vous êtes connu ?"

- moi : "Essentiellement des gens qui me connaissent "

-------------------

- elle (vendeuse de matériel chez feu Fox Châlons) : "Pour faire de la photo un œil et un doigt suffisent"

- moi : "Et si on glissait un cerveau entre les deux ?"

-------------------

- moi (naïf) : "Ça vous intéresse de voir ce que je fais avec le matériel que je vous ai acheté ?"

- lui (vendeur de matériel chez feu Fox Châlons) : "Bah, non pourquoi ? ! ?"

-------------------

- Cathy (à une dame qui prenait “un truc de chaque” sur mon stand lors d’un vernissage) : "Heu pardon madame, les cartes postales et les maque-pages c’est payant"

- elle (qui ne vit pas dans le même monde que nous où elle paye jamais rien, reposant, déçue, sa pêche miraculeuse) : "Ha bon ? ! ? Alors je peux prendre quoi ?"

- moi : "Sans payer ? Rien ça serrait bien"

-------------------

- Guy-Michel (à une dame qui aimait mon livre et qui avait entrepris d'en photographier soigneusement les pages une à une) : "Madame il ne faut pas faire ça ! Pensez à l’auteur, en plus vous abîmez le livre"

- elle (qui vit dans un monde où elle peut faire n’importe quoi et pas qu’avec ses cheveux) : "Bah je vais quand même pas l’acheter, vous avez vu le prix !"

- Guy-Michel (qui peut parfois être soupe au lait) : "Et bien il va falloir tout de même arrêter tout de suite de faire ça !!!"

-------------------

- lui (organisateur de festival de films animaliers notez qu'il ne faudrait jamais aller exposer dans les festivals de films parce que les gens y viennent généralement pour voir des films et pas des photos) : "Bon alors tu es content d'être là ?"

- moi : "Bof, à part au repas gratuit le midi au resto, j'ai quand même pas vu beaucoup de monde"

- lui (un peu embarrassé) : "Vraiment très beaux tes tirages. Tu les vends combien ? Ha quand même ! bah c'est pas donné "

- moi : "Oui c'est peu le principe de la vente non ? C'est pas donné"

-------------------

- eux : "De toutes façons c'est truqué ... aujourd'hui tout est truqué"

- moi : "Si vous avez des questions n'hésitez pas"

- eux : "Oui, bon, Photoshop quoi"

- moi : "Oui Photoshop bon et appareil photo bon aussi"

-------------------

- lui (lors d'une expo) : "Ho le p'tit con, il a tout compris !"

- lui (d'un coup un peu gêné) : "Heu c'était un compliment"

- moi : "Mais c'est bien comme ça que je l'ai pris"

-------------------

- lui : "Bon OK, vous me dites ça mais qu'est-ce qui m'oblige à vous croire"

-------------------

- lui : "Ils sont morts ?"

- moi : "Non, non"

- lui : "Ils sont vivants ?"

------------------- à suivre

Tag(s) : #Avant que j'oublie !

Partager cet article

Repost 0