Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tiens : avant que j'oublie... 2
Photographie : Ghislain Simard

Quand j'étais photographe... Volume 2

-------------------

- lui (sur FB) : "Non mais les papillons dans la nature ça bouge ?"

- moi : "Oui le reste du temps aussi mais pas sur les photos... Sinon c'est que c'est très certainement une vidéo"

-------------------

- elle (soupçonneuse) : "C'est truqué"

- moi : "Non"

- elle (toujours soupçonneuse) : "C'est tout du Photoshop"

- moi : "Non pas de Photoshop"

- elle (enfin convaincue) : "C'est fou ce qu'on peut faire avec un ordinateur..."

- moi (même pas désabusé) : "Oui c'est fou..."

-------------------

- lui à elle : "En fait c’est facile, si tu fais ça tous les jours, tout le temps"

-------------------

- lui (curieux et très sympa lors d'une expo dans les Vosges) : "Alors vous prenez les photos de Stéphane Hette et vous les imprimez sur des vieilles feuilles... C'est une bonne idée ça rend bien on dirait les herbiers d'antan".

- moi : "Heu non j'utilise mes propres photos, en fait Stéphane Hette c'est moi, mais merci"

- lui (épaté à voix basse) : " Haaa, vous êtes Stéphane Hette, mais alors vous êtes connu..."

- moi (en riant) : "Bah pas tant que ça visiblement"

-------------------

- eux (l'avis du jury d'un concours) : "Une technique remarquable mais un travail qui n'apporte rien à la photographie : on dessinait déjà ça au 17e siècle..."

- moi (chez moi en aparté, découvrant cette annotation en souriant) : "Oui c'est pas faux et on peut dire ça de la photographie en général"

-------------------

- entre-eux (jury un concours saisi par l'insoutenable doute) : "Vous êtes sûrs que c'est pas des pages de livres scannées ? Hein ? Vous en savez rien... OK on retire !"

-------------------

- lui (par mail) : "Tu n'as rien gagné cette année à notre concours mais il faut reconnaître que tu étais moins inspiré... Pour tes photos d'oiseaux par exemple, les supports étaient grossiers, tu aurais dû en choisir d'autres"

- moi (27eme degré) : "Oui en ce moment le doute m'habite... Mais ça se trouve en faisant caca l'inspiration reviendra"

- lui (sérieux versant dans la compassion) : "Oui l'inspiration on sait jamais quand ça revient... Garde confiance je suis sûr que ça va revenir"

- moi : "Oui j'en suis certain, c'est d'ailleurs pour ça que je continue de faire caca..."

-------------------

- lui (regardant un cuivré des marais posé sur une inflorescence de nigelle de Damas) : "Les pattes sont collées sur la fleur"

- moi : "Non ce papillon fait 15 millimètre de haut, ces pattes cassent comme du verre et puis on ne peut pas le toucher, les écailles resteraient sur vos doigts"

- lui : "Oui mais pourquoi il ne bouge pas ?"

- moi : "Mais il bougeait pendant la prise de vue mais j'ai choisi de mettre plusieurs photos d'espèces différentes plutôt que mettre 25 fois la même image où l’on voit juste le papillon se promener sur la même fleur..."

-------------------

- lui (journaliste PQR) : "Alors expliquez moi tout comment vous en êtes arriver là"

- moi : "Les femmes, le jeu, l'alcool, une enfance difficile ? Et bien non, rien de tout ça, par le travail, uniquement par le travail"

-------------------

- eux : "Mais comment vous faites ?"

- moi : "Moi ? Le plus souvent assis..."

-------------------

- eux : "Mais comment vous faites ?"

- moi : "Moi ? C'est facile une hygiène de vie simple, je me lève tôt, je bois du lait, je pratique un exercice quotidien régulier, et surtout je mange 5 fruits et légumes par jour... tout le reste c'est de la technique"

-------------------

- eux : "C'est étonnant on s'attendait à voir un grand type barbu, très zen"

- moi : "Oui un genre d'ascète chinois, l'autre nom du jeu de patience..."

-------------------

- lui (50 ans de photographie on ne la lui fait pas il a connu l’argentique, la chambre et la mesure au posemètre, la gélatine et tout le bazar) : "C’est surex"

-------------------

- lui (interloqué) : "Vous réussissez toutes vos photos ! ? !"

- moi : "Non mais dans les expos je me contente uniquement de montrer celles que je pense avoir réussies c'est mieux non ?"

-------------------

- lui (visionnaire) : "En fait le secret c'est qu'il faut être là"

- moi : "Oui c'est une des clés en photographie..."

-------------------

- lui : "On voit des fils ! On voit des fils !"

-------------------

- lui (anonyme un tantinet vindicatif sur le net dont le pseudo assurait pourtant qu'il n'en n'était que la moitié d'un, à propos d'une affiche pour une exposition à Reims) : "L'affiche, c'est une photo ou une démo de photoshop ?"

-------------------

- elle : "Vous faites une photo dehors puis vous la détourez dans Photoshop"

- moi : "Non"

- elle : "Vous photographiez la plante seule et le papillon seul, puis vous mettez le papillon sur la feuille dans Photoshop"

- moi : "Non"

- elle : "Bah alors comment vous faites ?!?"

- moi : "J'ai fait un truc de fou : j'ai photographié exactement ce que vous êtes en train de regarder"

- elle : "Ah?"

- moi : "Oui, j'ai trouvé ça plus simple..."

-------------------

- lui (catégorique sur un forum en 2006) : "Vous ne ferez jamais d'expos"

-------------------

- lui (distrait) : "Un jour, sans faire exprès, j'ai presque fait comme vous"

- moi : "Ah ? Et j'espère que vous vous êtes essuyé après..."

-------------------

- lui : "Le studio c'est facile"

- moi : "Ah vous en faites ?"

- lui : "heu non, pourquoi ?"

-------------------

- lui : "C'est pas la nature"

- moi : "Alors c'est quoi ?"

-------------------

- lui : "C'est pas de la photo"

- moi : "Ça n'est "que" de la photo"

-------------------

- elle : "Et vous photographiez d’autres bêtes ?"

- moi : "Oui pourquoi ça vous tente ?"

-------------------

- lui (lors d'une démonstration) : "Vache ! Ça paye la photographie vous avez un sacré matos"

- moi : "Je ne fais pas de la photographie parce que j'ai de l'argent et que du coup j'ai pu m'acheter du matériel ; en fait c'est même l'inverse j'ai pu m'équiper au fur et à mesure que je vendais mes images"

-------------------

- lui (visiblement surpris, parlant de la région où je vis) : "Et tout ça ça vit chez vous"

- moi : "Oui, enfin presque les grenouilles et les hérons cendrés généralement c'est quand même plus proche de l'étang que de mon séjour..."

-------------------

- elle (lors d'une démonstration où je prêtais le matériel et où tout était en place) : "Je comprends pas je fais tout pareil et ça fait rien pareil !"

- moi : "Oui il doit y avoir un truc"

-------------------

- moi (à un bénévole sur une expo) : "Pour vous remercier j’aimerais vous offrir ce magnum de champagne"

- lui (qui vit dans un monde où y a rien qui le gratte jamais) : "Bah je préférais un tirage, si c’est possible"

-------------------

- lui (à elle) : "C'est joli mais si tu retires le sujet et le papier..."

- moi : "Oui, c'est sûr le mur n'est pas terrible..."

-------------------

- lui (voulant me refourguer ses créations): "Vous faites des échanges"

- moi : "Oui mais uniquement de vignettes Panini"

-------------------

- lui : "Quand même, c'est pas un travail un loisir"

-------------------

- lui (emballé) : "Dis Stef on échange nos livres"

- moi (un peu froid) : "OK mais comme le mien est plus cher que le tien tu me donnes 10€ en plus"

- lui (un peu déçu) : "OK si tu veux"

- moi (plié) : "Je te fais marcher..."

-------------------

- elle : "Bon alors tout est faux"

- moi : "Non tout est vrai"

- elle (un peu déçue) : "Ah bon"

-------------------

- elle : "Votre écriture n'est pas facile à lire et pourquoi avoir mis les noms en latin ?"

- moi : "Désolé pour l'écriture quant aux noms latins comme c'est moi l'auteur je me suis dit que je pouvais faire ce que je voulais ..."

- elle : "Oui mais au Scrabble ça compte pas le latin"

-------------------

- lui : "Bah c'est quand même plus simple que de trouver les bestioles en pleine nature"

-------------------

- elle (qui a connu une autre époque bien plus dure que la nôtre où on était pas des rigolos là au moins) : "Bon tout ça c'est bien gentil mais avant d'apprendre aux enfants à se reposer sur leur cul au bord de l'eau à regarder la nature faudrait les apprendre à bosser"

- moi : "Et bien moi mon travail consiste précisément à me reposer sur mon cul au bord de l'eau et à regarder la nature"

- elle : "Ah vous vous n'êtes pas facile à convaincre : j'aime ça !"

-------------------

- elle (écolo convaincue) : "J'ai appelé les pompiers. Pauvre héron, immobile au milieu de l'eau pris dans les racines... C'est sûr sans moi il serait mort. Chuis de la LPO. Ils sont venus avec des plongeurs tout ça. Mais bon j'ai dû appeler plusieurs fois. Au début ils voulaient pas... Bon le héron c'était un faux, en plastique ! Faut quand même pas être malin pour mettre un faux héron en plastique au milieu d'un étang ! Non ? ! ? "

- moi (pas blasé mais presque) : "Non c'est sûr, faut pas être malin"

-------------------

- elle (écolo convaincue) : "Moi ce que j'aime dans ces expos c'est la convivialité..."

- moi (pas blasé mais presque) : "Oui mais bon hein la convivialité ça a ses limites"

-------------------

- elle (expliquant une photo de lui) : "C'est une très belle photo où l'on voit une araignée sur une fleur..."

- moi : "Merci quelle leçon !"

-------------------

- moi (donnant des conseils de survie en festival) : "Faut jamais être proche d'une porte ; soit c'est la porte d'entrée et tu te cailles les miches ; soit c'est celles des chiottes et tu vois défiler une ribambelle de gens qui n'en n'ont rien à foutre de tes photos et espèrent juste qu'il reste du papier... En plus au bout de deux jours ça sent la pisse"

-------------------

- lui (photographe tout fier de son idée à une expo) : "Hé les gars j'ai une idée, j'ai une idée pour plus qu'on photographie nos photos..."

- moi (pour le charrier l'interrompant avant qu'il ne puisse finir sa phrase) : "Oui merci on a vu, cette année tu as accroché des photos toutes pourries... C'est un bonne idée visiblement ça marche !"

-------------------

- elle (inquiète mais contente mais inquiète quand même...) : "Ah Stéphane c'est super que tu sois venu... Bon tu fais pas le con y a la ministre de la culture."

--------------------

- lui (à moi après que j'ai passé trois nuits blanches à attendre une émergence d'Anax) : "Putain y en a quand même qu'on un beau boulot : toujours à rien foutre le gars, tranquille il vient boire son café au bistrot à 9 heures..."

- moi (c'est vrai un poil ronchon ce jour là) : "Bah si tu voulais rien foutre comme moi tu n'avais qu'à aller à l'école !"

-------------------

- moi (à une expo le nez en l'air) : "Ça sent la pisse ici non ?"

-------------------

- elle : "C'est très joli, j'aime beaucoup, je peux prendre des photos ?"

- moi : "Ça dépend, une vue d'ensemble : oui ; les photos une à une : non"

- elle : "Oui mais je vais quand même pas acheter vos cartes postales..."

-------------------

- elle : "Bon on a pas eu beaucoup de monde, il faisait froid et il pleuvait... Mais c'était bien non ?"

-------------------

- elle : "C'est MA GNI FI QUE ! Vous en vivez ?"

- moi : "Pourquoi vous trouvez que j'ai une tête à sauter les repas ?"

-------------------

- lui (par mail) : "On fait un film où le héros regarde un site nature et on voudrait utiliser votre image de bergeronnette grise, faudrait payer ?"

-------------------

- lui (admiratif) : "Vous devez avoir un sacré appareil photo !"

- moi : "Oui et une très bonne imprimante également, quant à mon sexe je vous en parle même pas..."

-------------------

- lui : "Franchement j'adore, mais pourquoi vous faites ça ?!?"

-------------------

- lui : "J'adore tu devrais aller exposer à New-York"

- moi : "Je n'ai rien contre l'idée"

- lui : "Bon, on fait une cuisine, avec ma femme on voudrait cette photo là mais pas avec ce papillon et avec des autres plantes..."

- moi : "Oui en somme, tu aimes mon boulot mais tu veux une photo que je n'ai pas faite"

-------------------

- elle (grattant le papier d'un tirage de l'index) : "L'image tient bien"

-------------------

- lui : "Je voulais vous prendre un tirage, je vais acheter 5 cartes postales...”

-------------------

- lui (jury à un concours photo nature) : "L'an dernier, y a type qui te copiait en moins bien : je l'ai viré au premier tour"

- moi : "Oui tu as bien fait, c'était moi, j'avais qu'à mieux me copier"

- lui : "Oui c'est vrai ! Y avait une branche qu'y me gênait"

- moi : "Mais je te dis que tu as bien fais de me virer, cherche pas d'excuse, j'aurais fait pareil avec toi si j'en avais eu l'occasion"

-------------------

- elle : "Vous avez cette photo-ci en carte postale ?"

- moi : "Non"

- elle : "Et celle-ci ?"

- moi : "Non plus"

- elle : "Et cel..."

- moi (je l'interromps) : "Stop j'ai une idée et si vous choisissiez plutôt une photo directement dans mes cartes postales ça ne serait pas plus simple ?..."

-------------------

- lui : "Vous avez des images pas chères ?"

- moi : "Oui : les moches..."

-------------------

- eux (ne tenant pas leur jeune fils de 4/5 ans qui touche à tout) : "C’est très beau"

- moi : "Merci c’est gentil mais ce qui serait franchement sympa c’est de tenir votre enfant par la main il touche à tout et ça laisse des traces"

- eux (en chœur) : "Il découvre"

- moi : "Bah maintenant qu’il a tout bien découvert ici il temps qu’il aille découvrir ailleurs !"

-------------------

- lui (syndicaliste dans l'âme égaré à un vernissage à Langres) : "Tu voudrais pas être représentant régional de l'UPP"

- moi (un peu chambreur égaré aussi) : "Non : c'est trop de pression"

-------------------

- moi (en riant à un copain) : "Tu as déjà remarqué que les gens qui t'achètent rien te disent : "C'est bien, continuez"... Tu penses qu'ils veulent qu'on continue de rien vendre ?"

-------------------

- lui : "C’est un très beau boulot mais quitte à avoir des photos sur mes murs autant que cela soit les miennes"

-------------------

- lui (photographe) : "Sur un sujet différent j'ai fait le même genre de travail mais pas de cette manière..."

-------------------

- elles (charmantes petites vieilles curieuses de tout) : "Pourquoi vos cartes sont-elles plus chères que celles du monsieur derrière ?"

- moi : "Bah : parce qu'elles sont plus belles"

- elles (en chœur) : "Oui c'est vrai ça qu'elles sont plus belles"

-------------------

- lui (connaisseur) : "Bah forcément sur ce papier c'est joli..."

-------------------

- lui (éditeur) : "Super boulot vous devriez exposer à Montier"

- moi : "Oui mais j’ai déjà exposé à Montier"

- lui : "Oui, je me disais bien aussi"

-------------------

- elle (adorable petite vieille souriante) : "Je suis heureuse dans vos images, ça me rappelle ma jeunesse, il y avait plein de papillons"

- moi (admiratif) : "Et bien vous avez une sacrée mémoire"

-------------------

- eux : "Vous avez un site ?"

- moi : "Oui mais prenez une carte"

- eux : "Parce que ici c'est trop difficile de choisir..."

- moi : "Alors bon courage parce que sur mon site il y a 2500 images de plus"

-------------------

- elle (perspicace) : "Ho vous, vous aimez les papillons !"

-------------------

- elle (économe) : "Les marque-pages c'est payant ?"

- moi : "Oui comme je les paye, je les vends mais je vous en offre un avec plaisir si vous achetez un livre, ou autre chose"

- elle : "Et les cartes de visites"

- moi : "Non les cartes de visites c'est gratuit mais vous avez raison, comme c'est ce qui part le mieux et que je les paye aussi, je devrais songer à les vendre..."

-------------------

- lui : "Vous faites des stages pour apprendre à faire comme vous ?"

- moi : "Non j'ai bien réfléchi : ça tue le métier"

-------------------

- lui : "Honnêtement si je prends votre idée et votre technique c'est pas franchement copié ? Si ?"

-------------------

- lui : "Franchement vous voulez mon avis"

- moi : "Bah c'est vous qui voyez"

- lui : "Moi cherais vous, je verrais pour exposer à Montier"

-------------------

- lui (coorganisateur d’un festival autoproclamé européen) : "Comment ça vous partez ! Mais vous deviez rester 10 jours ?"

- moi (encore calme) : "Oui c’est vrai mais on m’a proposé un boulot intéressant et bien payé et ici on a pas d’eau chaude, on expose chez l’habitant au bord d’une nationale et la tapisserie ne va pas du tout avec mes images. Et en plus on ne peut pas bouger, on doit attendre toute la journée des visiteurs qui n’existent pas ou qui sont peut-être décédés entre-temps"

- lui (plus calme du tout) : "Oui vous vous prenez pour qui ? C’est pas comme si vous étiez connu et que vous exposiez à Paris"

- moi (toujours calme) : "Oui c’est pas comme si, mais je vais quand même partir avant de vous faire du mal"

-------------------

- eux (à Montier) : "Pfffffffff c'est vraiment n'importe quoi ces dessins"

-------------------

- elles (une visiteuse à une visiteuse toujours lors d’un festival autoproclamé européen) : "Hi hi hi, j'adore le papier peint..."

-------------------

- elle (photographe) : "Moi à ta place j'aurai pas cadré comme ça"

- moi : "Oui bah cherche pas c'est pour ça que t'es pas à ma place..."

-------------------

- elle (photographe immergée dans la nature) : "Oui mais toi tu ne ressens pas la nature, tu ne la vis pas, tu ne la respires pas, tu n'es pas en immersion..."

- moi (à moi) : "Certes, moi je suis une brute épaisse en apnée et toute la poésie de mes images est due au pur fait du hasard que je profite de remercier au passage"

-------------------

- lui (un copain) : "Franchement Stéphane qu'est-ce qu'il faut pour être un bon photographe ?"

- moi (sentant la question qui pue) : "Pfffffffff, du talent, de l'opiniâtreté et du talent"

- lui : "Bon et selon toi qu'est-ce qu'il me manque ?"

- moi : "Toi ? Franchement ? Toi t'es du genre opiniâtre..."

- lui (me frappant sur l'épaule à plusieurs reprises) : Salaud va ! Salaud !"

- moi (me protégeant d'une main en riant) : "Bah avoue que c'est de ta faute avec tes questions cons !!!"

-------------------

- elle (toujours lors d’un festival autoproclamé européen) : "C'est 3€"

- moi : "Oui mais on est exposant"

- elle : "Mais votre femme elle est pas photographe alors c'est 3€"

- moi (toujours égaré dans la vallée infernale) : "Mais c'est pas vrai en plus vous faîtes payer l'entrée pour voir les photographies que les gens vous ont envoyé pour le concours... C'est pour ça que vous demandiez qu'elles soient prêtes à être accrochées... "

-------------------

- lui (par mail) : "Ça serait bien que vous participiez à notre concours ensuite vous avez une chance d’être publié"

- moi : "Si vous désirez me publier : inutile d’organiser un concours, faisons dans le simple, nous pouvons en discuter sereinement sans toute cette débauche d’énergie"

-------------------

- lui (par mail) : "Bon ça serait pas mal que vous me donniez un avis sur mes photos moi je l’ai bien fait sur les vôtres"

-------------------

- lui (lors d'une séance de dédicaces) : "Et ça paye ça : la photo de papillons ?"

-------------------

- lui (sur un forum) : "C’est le degré zéro de la photo nature"

-------------------

- elle (sûrement très verte) : "Ça vous dérange pas de vivre sur le dos de la nature ?"

- moi : "Et vous vous n'avez pas un train à prendre là, maintenant, tout de suite ?" -------------------

- eux (très satisfaits de leur performance lors du démontage d'une expo) : "Bon c'est bon on a fait tenir toutes les photos dans 4 caisses au lieu de 6 : suffisaient d'appuyer dessus ! ..."

-------------------

- lui : "Comment vous faites ?"

- moi : "Je place un fond blanc derrière mes sujets parfois en intérieur, parfois en extérieur"

- lui : "Ah et ils ne partent pas ? - moi :"En extérieur je l'installe avant qu'ils ne viennent, sur le parcours par exemple"

- lui : "Ah et pour les oiseaux ?"

- moi : "Bah pareil je fais un décor ou je profite d'un site existant, j'installe un fond blanc, des flashs et une barrière infra-rouge"

- lui : "Ah et ça fait des photos tout seul ?"

- moi : "Oui enfin presque une fois qu'on a décidé du cadrage, du décor de la profondeur de champ, de la valeur d'exposition, de la vitesse, etc..."

- lui : "Ah et vous ne retouchez rien ?"

- moi : "Non tout se joue à la prise de vue"

- lui : "Ah ?"

- moi : "Il semblerait que ça vous pose un problème"

- lui : "Je ne vous crois pas"

- moi : "Alors pourquoi me poser des questions si nous ne croyez pas mes réponses ?"

- lui : "Et bien pour savoir..."

- moi : "Visiblement ça marche pas, ça n'est pas grave nous venons juste de perdre tous les des 10 minutes de notre vie..."

-------------------

- lui (perspicace mais qui doute quand même de son jugement) : "On sent un peu l'inspiration asiatique, non ?"

-------------------

- lui (par mail) : "Merci d’aller voir mes photos sur mon site afin que je progresse"

-------------------

- lui (un maire franchement sympa mais un peu lyrique lors d’un vernissage) : "Merci au photographe pour le sacrifice de sa vie au service de l’observation des insectes"

- moi : "C’est gentil mais vous en faites un peu trop et puis j’ai quitté l’armée depuis plus de 15 ans..."

-------------------

- lui (sous-préfet sympathique) : "Ah si je ne déménageais pas bientôt je vous aurais acheté des photos..."

- moi : "Oui c'est dommage effectivement : saleté de vie"

-------------------

- eux (adorables s'occupant de l'accrochage d'une de mes expos) : "En 12 ans vous êtes le premier artiste à exposer ici qui nous adresse la parole..." (c'est dingue ça ! Et moi qui était persuadé d'être grossier ! ? !... )

-------------------

- moi (sur mon 31 à moi même lors d'un vernissage un peu huppé) : "Merde, merde, merde j'ai la même veste que les serveurs..."

-------------------

- lui (l'ultimatum) : "Bon vous êtes sûr ? Vous ne venez pas exposer sur notre marché de l'artisanat en plus c'est la fête de la betterave ? Faudra pas venir vous plaindre. Après il sera trop tard"

-------------------

- eux (très embarrassés) : "Bon oui OK, on a oublié vos noms sur le carton de vernissage mais faut venir ! Qu'est-ce qu'on va dire à la presse !"

- moi : "Bah essayez la vérité, des fois ça marche !"

-------------------

- elle : "Ah oui faudrait que je pense à te prévenir pour la date du vernissage" (elle a finalement oublié)

-------------------

- elle (habituée ça se voit) : "Sur l'affiche de l'expo on va mettre votre nom et une photo..."

-------------------

- lui : "Ah vous vendez des livres ?"

- moi : "Oui effectivement"

- lui : "Vous avez demandez à qui pour le faire"

- moi : "J'ai pris sur moi, comme vous faites payer l'entrée d'une expo financée par un autre que vous je me suis dit que visiblement vous n'étiez pas à cheval sur les principes et que ça ne devrait donc pas vous gêner plus que ça..."

-------------------

- elle : "Quelle bonne idée cette signature qui veut rien dire"

- moi : "Oui, vous trouvez aussi"

-------------------

- lui (éditeur, par mail en réponse à un des mien) : "Oui c'est vrai on a oublié de payer vos droits depuis un an et demi..."

- moi (arrangeant) : "Bah avec un chèque ou un virement ça devrait s'arranger"

- lui (pas dégonflé pour deux sous) : "Faites-nous une facture on vous la règle à 90 jours fin de mois ..."

- moi : "La prochaine fois qu'on bosse ensemble, si ça arrive, ce dont honnêtement je doute, on fera l'inverse : vous me payez et 2 ans après je vous enverrai les fichiers"

-------------------

- lui (un copain) : "Bon, tu fais des portraits de famille ?"

- moi : "Non"

- lui : "T'es sûr ?"

- moi (à moi même) : "Hé hé hé un peu plus et il me mettait le doute"

-------------------

- elle (à elle) : "La nature est bien faite"

- moi (hypocrite à d'autres) : "Si, si elle a raison, de toutes façons la rancune est un vilain défaut"

-------------------

- elle : "Bah c'est sûr quand t'as tu matériel c'est plus facile"

- moi : "Oui c'est vrai que c'est le problème avec la photographie : sans boîtier c'est tout de suite plus dur"

-------------------

- elle (un copine par texto) : "Je comprends pas je fais tout bien et c'est flou"

- moi : "Ça normalement c'est impossible, fais voir les exifs"

- elle : "Voilà"

- moi : "Oui c'est normal f11, 1,6 seconde, 640 iso en mode M au flash, bah tu as exactement ce que tu mérites..."

-------------------

- lui (photographe) : "Oui mais pour toi, dire non à un truc pourri, c'est facile : tu connais de monde"

-------------------

- lui (convaincu) : "Moi aussi quand je serai en retraite je ferai ce que j'aime"

-------------------

- eux (photographes) : "On est bien obligé de faire des boulots de merde pour ce faire connaître..."

-------------------

- lui (au téléphone un directeur de magasin -au demeurant très sympathique- après avoir lu le journal local) : "Ah, ah, vous avez fait un truc avec Arthus-Bertrand !"

- moi : "Bah on peut pas franchement dire ça, on a juste une photo chacun dans le même calendrier humanitaire..."

- lui (toujours au téléphone) : "Bon ça vous dit de faire des photos pour moi ?"

-------------------

- lui (modeste) : "Je fais de la photo, mais attention pas comme vous : en amateur. Moi, j'aime ça !"

- moi : "Oui vous avez bien fait de me prévenir"

-------------------

- elle (à moi lors d'un vernissage parisien) : "Mais qu'est-ce que c'est que cette chemise ? ! ?"

- moi (tenant un pan de mon col en souriant) : "C'est une petite chemise que j'aime beaucoup et je ne te laisserai pas l'insulter"

-------------------

- elle (à moi tout bas lors d'un vernissage parisien en désignant mes chaussures) : "Tu as bien fait"

- moi (surpris regardant mes chaussures) : "De quoi ?"

- elle : "De me mettre des vielles pompes parce que les chaussures de vernissage ça fait mal aux pieds"

- moi (écarquillant les yeux) : "C'est quoi des chaussures de vernissages ?"

- elle : "De belles chaussures flambant neuves et qui au bout de 4 heures debout te tuent les pieds : dans je jargon on appelle ça des chaussures de vernissage..."

-------------------

- lui (avant un vernissage parisien, à table, raccrochant son téléphone, hurlant aux autres qui dieu merci ne l'écoutaient pas ) : "Non mais c'est quoi ce mec qui m'appelle sur mon iPhone 5S que j'ai payé avec mes sous pour me proposer une Audi A5 alors que j'ai la toute dernière Audi A6 full options que j'ai payé avec mes sous que la gagné à la sueur de mon piano... Non mais c'est vrai quoi ! Quel con ce type !"

- moi (à ceux qui avaient la bonté de m'écouter) : "Oui c'est vrai : mais quel con ce type"

-------------------

- elle (à une expo en Suisse) : "Vous avez des photos de lézards ?"

- moi : "Oui je dois avoir ça"

- elle : "Parce que je n'achète que des photos de lézards"

- moi (fouillant dans un book) : "Voilà j'ai celle-ci"

- elle : "Super je vous la prends. Vous n'en avez pas d'autres ?"

- moi : "Si sûrement, chez moi"

- elle : "Voici mon mail, j'achète toutes les photos de lézards"

-------------------

- lui à elle (retournant un tirage et regardant au dos) : "C'est du dibond ... C'est très beau"

-------------------

- eux (intrigués) : "Mais à part des photos de papillons vous faites quoi ?"

- moi : "Des illustrations pour des villes, de la PAO pour des mags, de l'éditing, des articles pour la presse, etc..."

- eux : "Vous ne faites pas de photos de mariage ?"

- moi : "Sous réserve qu'ils ne vous poussent des ailes dans le dos, non je ne fais pas de photo de mariage"

-------------------

- elle (à un vernissage rêvant de devenir photographe) : "J'en ai marre de mon boulot, j'en ai marre... En ce moment j'y vais à reculons"

- moi : "Oui je comprends, moi aussi à votre place si j'y allais en marche arrière j'en aurais marre. En plus avec les bouchons sur le périph' ça doit être chaud faudrait pas qu'en plus on vous appelle au téléphone..."

-------------------

- lui (retournant une toile) : "C'est une bonne idée la toile faudrait que je fasse une expo là-dessus"

-------------------

- lui : "J'aiiiiiiiiiime beaucouuuuuuuuuup ce que vous faites !! Mais vous ne faites que ça ?"

- moi : "Oui mais c'est déjà ça..."

-------------------

- lui : "Bah c'est sûr ! C'est plus facile de faire une belle photo avec un beau sujet, tiens !"

-------------------

- elle (à propos de photo d'oiseaux sur fond blanc) : "Je connais très bien l'auteur, c'est un japonais... Il attend des heures dans la neige"

- moi : "Heu non pas du tout c'est un français et c'est fait à la barrière infra-rouge, il attend dans son bureau en travaillant sur d'autres projets"

- elle : "Il a exposé à Monaco et au Japon"

- moi : "Bah il y au moins un truc de vrai dans tout ce que vous racontez au public, je voudrais récupérer mes images s'il vous plaît et ma clé USB"

- elle : "Heu mais qui êtes vous ?"

- moi : "L'auteur"

- elle (un peu rouge) : "... Vous avez une carte ?"

- moi : "Oui plusieurs même, dont une carte d'identité..."

-------------------

- elle : "Et vous ne faites jamais de photo normale alors ?"

-------------------

- elle (débutante en vernissage un peu perdue) : "Cette expo a-t-elle un sens ?"

- moi : "Vous parlez de la visite ou du contenu ?"

-------------------

- eux (grand éditeur français) : "On a bien reçu votre projet, tout le comité de rédaction adore mais on ne peut pas vous publier il y a deux ans on a fait un livre sur les papillons..."

-------------------

- lui (montrant du doigt une image de papillon) : "Bon OK je comprends mais pour celle-ci vous êtes à qu'elle ouverture de diaf ?"

- moi : "Pour celle-ci f32"

- lui : "Bah c'est pas possible, dans les revues ils disent qu'à partir de f16 il y a de la diffraction !"

- moi : "Oui mais moi je m'en fous, je me contente de regarder l'image pas des diagrammes et si l'image me convient c'est bon"

- lui : "Oui mais alors ça va pas du tout"

- moi : "Si, si"

-------------------

- eux : "Bon OK c'est une bonne idée mais si tu retires l'idée..."

-------------------

- lui : "Je fais presque les mêmes images que vous"

- moi : "Oui et moi je fais presque 9 secondes au 100 mètres"

-------------------

- elle : "On en voit de moins en moins des papillons, non ?"

- moi : "Tout ça dépend où vous vous trouvez et on voit mieux ce qu'on connaît bien"

- elle : "Ah, vous vous y connaissez ?"

-------------------

- elle : "Tiens c'est chouette ça"

- lui : "Oui mais ça c'est pas de la photo, c'est de l'aaaaaart"

-------------------

- lui (éditeur) : "Je vous suis depuis très longtemps... J'aime beaucoup... J'attendais que vos photos soient en agences pour les acheter moins chères"

-------------------

- lui : "Franchement j'aime bien mais... Et si vous signez pas le tirage c'est moins cher ?" -------------------

- eux : "Et si on vous en prend des abîmées c'est moins cher ?"

- moi : "Oui et les foutues encore moins"

-------------------

- eux (lors d'une exposition à Paris) : "Mouais c'est la natuuuuuuuuuuure : c'est chiant"

-------------------

- lui (sincère, sur le livre d'or d'une expo) : "Superbe expo, travail original et inspiré, dommage que l'auteur soit présent"

-------------------

- lui (sur un autre livre d'or d'une expo) : "A survolé le sujet"

-------------------

- lui : "Ces images : c'est juste impossible !"

- moi : "Quand je vois un mec passer 6 mètres à la perche je me dis pas que c'est nécessairement impossible, je me dis : la vache il a dû s'entraîner beaucoup"

-------------------

- elle : "Bon vous venez quand exposer dans la région ?"

- moi : "Quand la région m'invitera, je ne peux quand même décemment pas arriver comme ça et poser mes photos n'importe où..."

-------------------

- elle : "On fait un livre sur les papillons et évidemment on aimerait utiliser certaines de vos images notamment le cycle de vie du morpho"

- moi : "Oui pas de souci vous tirez à combien d'exemplaires"

- elle : "Ho vous savez on a un tout petit budget pour les images"

-------------------

- lui : "Ça tiendrait qu'à moi j'achèterais tout !"

- moi : "Alors dîtes moi vite de qui ça dépend !"

-------------------

- lui (organisateur d'un festival où faut de la neige, si, si c'est le concept) : "Bon alors tu nous en fais quand des photos de neige qu'on puisse t'inviter ?"

-------------------

- eux : "On peut vous payer autrement qu'avec de l'argent ?"

- moi (curieux) : "Pourquoi l'argent n'a plus court chez vous ? Vous touchez votre salaire en pneus de bagnoles ?"

-------------------

- lui : "On fait un livre sur votre région vous pouvez nous donner des images, notamment des vues aériennes?"

- moi : "Vous allez le donner votre livre ?"

- lui : "Bah non"

- moi : "Alors moi non plus je ne vais pas vous donner mes images"

-------------------

- elle : "Bon on va faire un gros effort sur le vernissage tous les élus viendront et donc on ne pourra pas vous défrayer"

- moi : "Bah alors vous aller vernir rien du tout parce que je ne viendrais pas..."

-------------------

- elle (un dimanche soir vers 22h au téléphone) : "Oui mooOOSieur Haiteuuuu ? Bonsoir, Madame Chaipukoi élue en charge de la culture de la Villeuuuuuuuuu de Chaumont"

- moi : "Heu, oui bonsoir madame"

- elle : "Voilà on aime beaucouuuuup ce que vous faites et on se disait que ça serait bien que vous exposasssssssiez une centaine de photographies grand format à la Chapelle des Jésuites. Vous avez ça 100 tirages grand format ?"

- moi : "Heu 100 tirages grand format en stock oui j'ai ça mais..."

- elle : "Ça ne vous coûterait rien et en plus on ferait un catalogue qu'on donnerait"

- moi : "Heu et bien c'est heureux que ça ne me coûte rien car d'habitude les Villes me payent pour ça et puis bon 100 photos ça fait quand même beaucoup et ça a coûté à produire et à stocker je ne les prête pas comme ça. Faudra les louer et me défrayer pour l'installation et le vernissage"

- elle : "Ça n'est pas prévu, vous savez on a des parisiens qui viennent exposer"

- moi : "Oui madame je comprends mais moi je vais exposer à Paris ... Et puis la Ville doit avoir un budget : 2 mois et 100 photos ça n'est pas rien"

- elle : "Non la Ville ne peut pas se permettre ça"

- moi : "Et bien donnez moi l'argent prévu pour les catalogues moi j'ai des livres on a donc pas besoin de catalogues..."

- elle : "Bon ça va pas être possible"

- moi : "Oui je m'en doutais depuis l’instant où vous m'avez annoncé que ça ne me coûterait rien..."

-------------------

- lui (patron d'un magazine nature) : "A la rédaction on adore ton travail depuis le début mais notre public n'est pas encore prêt à voir ça..."

-------------------

- lui : "Bon OK le travail photographique est remarquable oui mais à part ça ? ! ?"

-------------------

- lui : "Si je vous prends 3 photos vous me faites un prix ?"

- moi : "Oui facile ! ça s'appelle une multiplication"

-------------------

- lui (flatteur) : "Et si je vous disais que j'aurais aimé faire ce que vous faites"

- moi : "Je vous répondrais que c'est trop tard : je le fais déjà..."

-------------------

- lui (dubitatif après mes explications) : "Vous êtes sérieux là ?"

- moi : "Je ne sais pas, je n'ai pas assez de recul sur votre question..."

-------------------

- lui (à moi qui l'écoute sans trop savoir comment je dois le prendre) : "Maintenant avec le numérique on peut faire n'importe quoi !"

- moi : "Oui tout à fait et d'ailleurs je note que la plupart des gens ne s'en prive pas..."

-------------------

- lui (me parlant, j'espère, de l'image qu'il tient à la main) : "Je peux vous la montrer ?"

- moi : "Heu, mais c'est que je suis marié..."

-------------------

- eux : "Alors expliquez-nous tout. Comment vous faites"

- moi : "Si vous y tenez... Alors le plus souvent assis sauf évidemment dans les toilettes à la turque... Sinon j'aime bien prendre un livre ou une revue. Aujourd'hui on n'a plus le temps de lire et pourtant c'est important de lire... N'est-ce pas ?"

-------------------

- lui (commandant un sandwich à Montier) : "Et en parallèle vous me mettrez 2 saucisses de canard s'il vous plaît !"

- moi : "La vache des saucisses en parallèle ! T'es un pervers toi ou alors un prof de maths en week-end..."

-------------------

- lui (visiblement déçu) : "Ah, je vous voyais plus grand"

- moi (rassurant) : "C'est parce que je ne suis pas encore complètement arrivé..."

-------------------

- lui (me montrant un photo avec une bestiole dessus) : "A votre avis je dois faire quoi"

- moi (rassurant) : "Bah je ne sais pas, visiblement la bête ne soufre pas relâchez la"

-------------------

- lui (devant une toile) : "Mais alors comment vous faites pour le fond blanc?"

- moi (rassurant) : "Et bien je sais que ça peut paraître surprenant mais contre toute attente pour le fond blanc j'utilise un fond blanc... "

-------------------

- eux (entre-eux) : "Oui, mais à un concours c'est interdit..."

- moi (à moi-même) : "Fais pas ci, fais pas ça.... Marre des lois et des interdictions qui soit disant sont là pour nous protéger de nous même voire des autres. OK vivre est dangereux et bien nous devrions arrêter ! La photo est l'un des derniers espaces de liberté alors je vais pas me le pourrir avec des règles que la plupart des gens contournent sans que ça se voit. Ma seule règle est de respecter mes sujets et leur environnement et c'est à mon avis la plus importante : tout le reste c'est de la flûte."

------------------- à suivre...

Tag(s) : #Avant que j'oublie !

Partager cet article

Repost 0